Festival des Musiques Sacrées du Monde : Fès, miroir de l'Afrique

Festival-fes-musique-sacrees

Fès l’Africaine est le thème de la 21e édition du Festival des Musiques Sacrées du Monde. La cité marocaine accueille, du 22 au 30 mai, une pléiade d’expressions musicales et artistiques sous le signe du dialogue des peuples et des spiritualités.

Vive et accueillante, la ville de Fès, au Maroc, ne révèle pas pour autant ses secrets aisément. Depuis le sommet de ses collines où semblent dormir les tombeaux de la nécropole mérinide (XIIIe-XIVe siècles) s’étend une mer étincelante de toits cuivrés posés sur des murs éclaboussés de lumière, renfermant derrière leur anonymat un patrimoine qui ne demande que du temps pour se révéler aux voyageurs. Fès, qui fut pendant plusieurs siècles une capitale politique et intellectuelle du Maroc, est devenue un centre de rencontres et d’échanges. On raconte que Sylvestre II (Gerbert d’Aurillac), pape de 999 à 1003, y séjourna dans sa jeunesse pour y faire des études, à la suite desquelles il introduisit les chiffres arabes en Europe.

Le Festival de Fès des Musiques Sacrées du Monde, créé en 1994, s’inscrit dans la tradition savante, artistique et spirituelle de la ville. L’ambition du Festival de Fès est de faire dialoguer les spiritualités à travers la musique, et d’aider à faire émerger une culture de paix favorisée par une mondialisation plurielle, respectueuse de valeurs éthiques et spirituelles. Le Festival de Fès a été désigné par l’Onu, en 2001, comme l’un des événements ayant contribué, d’une façon remarquable, au dialogue des civilisations.

Des nuits ouvertes à tous

Cette année le festival, dont Le Monde des Religions est partenaire, s’axera autour de la dimension culturelle africaine de la ville. Durant sept jours, le public pourra jouir d’un florilège d’expressions musicales et d’expositions artistiques où se mêleront sensations auditives et visuelles, ainsi que différentes expériences spirituelles. Au fil des concerts, expositions, activités pédagogiques, programmes dédiés aux plus jeunes ou encore projections de films.

Le festival propose ainsi une évocation à l’Afrique, avec la chanteuse Oumou Sangaré, symbole de la femme africaine libre et porteuse d’émotions, ou le reggae émancipateur de Tiken Jah Fakoly, qui défend toujours les valeurs fondamentales de ce continent. Au programme, des maîtres avérés dans la pratique de leur art avec, entre autres, le grand chanteur romantique Saber Rebaï et sa voix charmeuse et aiguisée, Eduardo Ramos, grand interprète de la musique ibérique médiévale, alliant musique traditionnelle sépharade du Portugal et notes andalouses de pièces musicales arabes, Diego El Cigala, voix majeure du flamenco, issu d’une famille d’artistes gitans ou encore Hussain Al Jassmi, l’une des plus belles voix de la péninsule arabique.

Enfin, tous les soirs auront lieu les Nuits Soufies, afin de clore chaque journée dans une ambiance spirituelle et conviviale. Ces concerts, gratuits et ouverts à tous, donnent un aperçu de la culture islamique à travers la richesse et la créativité de ses dimensions artistiques et spirituelles. Les spectateurs partageront ce moment riche et intense en plein cœur de la médina de Fès.

Sophie Eychenne

publié le 12/05/2015

Pour en savoir plus : http://www.lemondedesreligions.fr