Discriminations en entreprise : le groupe Sciberras souligne les avancées

discriminations-en-entreprise-le-groupe-sciberras-souligne-les-avancees

Un an et demi après avoir remis son premier rapport, le groupe de dialogue présidé par Jean-Christophe Sciberras estime que l’Etat a joué le jeu, mais déplore le blocage au niveau de ce qui relève des partenaires sociaux.

Rapport Sciberras, deuxième. Un an et demi après avoir rendu publiques une première salve de 18 propositions , le groupe de dialogue relatif aux discriminations en entreprise présidé par Jean-Christophe Sciberras va présenter ce mercredi une nouvelle mouture de ses travaux, tirant un bilan « globalement positif » de ce qui a été mis en oeuvre, et ajoutant au passage de nouvelles pistes pour pérenniser l’effort en la matière

« La littérature sur la lutte contre les discriminations et les interventions convergentes et répétées des membres du groupe de dialogue montrent qu’il s’agit d’une action au long cours et donc qu’il convient de ne pas relâcher ses efforts », indique le texte à destination de la ministre du Travail et de l’Emploi, Myriam El Khomri, et de Patrick Kanner, son homologue en charge de la Ville, de la Jeunesse et des Sports.

Succès de la campagne « Les compétences d’abord »

Lorsqu’il a été remis, le premier rapport Sciberras, du nom de l’ancien président de l’association nationale des DRH, avait fait sensation, notamment parce qu’il s’était prononcé contre le CV anonyme, objet de nombreux débats et finalement abrogé par la loi Rebsamen du 17 août 2016. Mais surtout parce qu’il avait avancé, voire appuyé, des propositions concrètes comme le lancement d’une grande campagne d’information et de sensibilisation, les recours collectifs, la mise en place d’un « référent discrimination » dans chaque entreprise ou encore l’évaluation du coût économique de la discrimination.

Pour quel résultat à ce jour ? A cette question, le groupe de travail estime que le volet communication et sensibilisation de ses 18 préconisations a été conduit avec succès. La campagne « Les compétences d’abord » a engrangé une audience « considérable » en matière d’affichage, tandis que le hashtag éponyme sur twitter a touché 2,7 millions de personnes. Avec un bémol toutefois, puisque le ressenti qualitatif n’a pas convaincu un internaute sur cinq quant au ciblage de la campagne. Autre préconisation, l’information des demandeurs d’emplois est bien avancée, de même que la formation des conseillers de Pôle emploi.

Le rapport se satisfait également que l’étude sur le coût économique des discriminations ait été menée en temps et en heure par France Stratégie , de même que la campagne de testing anonyme à l’embauche . Mais aussi de la mise en place d’actions de groupe, dans le cadre de la loi sur la justice du 21e siècle.

Les partenaires sociaux bloquent

Là où le bat blesse en revanche, c’est sur tout ce qui était du ressort des partenaires sociaux pour favoriser le dialogue social en entreprise. Le sujet pourtant a été défriché puisqu’il a fait l’objet d’un accord national interprofessionnel en octobre 2006 relatif à la diversité dans l’entreprise. C’est donc logiquement que le groupe de dialogue a souhaité reprendre le bébé, mais en se contentant d’une analyse juridique et technique des propositions concernées.

Las, si les syndicats de salariés ont joué le jeu, les trois organisations patronale ont pratiqué la chaise vide. Le rapport n’avance pas d’explication, mais, de source proche on explique qu’aux yeux du Medef, de la CGPME et de l’UPA, il est hors de question de débattre de mesures touchant directement les entreprises avec des associations qui ne comprennent rien au monde de… l’entreprise. Ces mêmes associations pour leur part ne se privent pas de renvoyer dos à dos syndicats et patronat…

A ce stade, l’évaluation de l’ANI de 2006, reste donc lettre morte, même si, l’un de ses volets portant sur la mise en place de formations obligatoires pour les recruteurs est inscrite dans la loi égalité citoyenneté. Myriam El Khomri devrait avancer une proposition pour remettre les partenaires sociaux à la table des négociations.

Pour en savoir plus : http://www.lesechos.fr/economie-france/social/0211496325976-discrimination-en-entreprises-le-groupe-sciberras-souligne-les-avancees-2043217.php?kwMVbxujUhc8w2x0.99