Eva Janadin : « Il faut que l’islam donne le droit à des femmes d’être imame »

Rare femme imame en France, Eva Janadin questionne la place de la femme dans l’islam et la nécessité d’aller vers une plus grande mixité au sein de la religion musulmane qui souffre encore du poids des interprétations patriarcales. Paroles de musulmans engagés 3/5.

Imame libérale, convertie à l’islam depuis une dizaine d’années, Eva Janadin tient des offices devant des assemblées mixtes au sein de la mosquée Sîmorgh, depuis 2019. Le rôle de femme imame, explique-t-elle, est un profil rare au sein d’une religion où les interprétations patriarcales pèsent encore de tout leur poids, notamment en France.
Ce rôle est assumé avec « responsabilité » par cette jeune femme qui défend l’égalité hommes-femmes, y compris au sein de l’islam. Elle rappelle qu’« un imam, contrairement au prêtre dans le catholicisme, n’est pas un clerc. Il n’a aucun caractère sacré. Il est simplement un ministre du culte au service de la communauté. »

Vers plus de mixité au sein de l’islam ?

 

Évoquant la place des femmes dans l’islam, Eva Janadin avoue sans détour que ces dernières « subissent des discriminations, notamment dans les pays musulmans », en prenant pour exemple le droit à l’héritage : les femmes reçoivent d’une succession « deux fois moins que les hommes ». Toutefois, elle explique que dans le texte coranique, il existe « une vraie égalité hommes-femmes en terme ontologique. Il n’y a aucune supériorité de l’homme sur la femme. »

Pour Eva Janadin, « il faut donner le droit et la liberté à des femmes d’être imame, y compris leur donner l’opportunité de diriger la prière », mais elle ne recommande pas « une forme de discrimination positive. » « Mettre des femmes à ces postes pour faire plaisir aux pouvoirs publics n’aurait pas de sens », selon elle.

Le renouvellement générationnel, motif d’espoir

Attachée à la place de la communauté musulmane en France, Eva Janadin place ses espoirs dans le renouvellement générationnel. « Aujourd’hui, vous avez des jeunes générations de musulmanes et musulmans français qui essayent d’être entendus de la part des pouvoirs publics mais également des institutions cultuelles. (…) J’ai bon espoir que ces générations totalement intégrées au sein de la société, qui n’ont aucun problème avec la République, avec la laïcité, soient entendues. », conclue l’imame.

  • Benjamin Bousquet. Réalisation : Flavien Edenne,

Pour en savoir plus :

https://www.la-croix.com/Religion/Eva-Janadin-Il-faut-lislam-donne-droit-femmes-detre-imame-2021-01-27-1201137366?utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_content=20210128&utm_campaign=newsletter__crx_rel_edito&utm_term=2760