Des limites de notre diplomatie

Valls-arabie-saoudite

 

La situation se dégrade chaque jour un peu plus au Proche-Orient. La guerre au Yémen se fragmente et s’aggrave. L’intervention russe en Syrie expose la faiblesse des Occidentaux. L’attentat contre un rassemblement pacifique nous rappelle que la Turquie n’a en rien réglé ses problèmes d’identité. Recep Tayyip Erdogan, que l’on nous présentait il y a une dizaine d’années comme la quintessence d’un « islamisme modéré », quasiment démocrate-chrétien, est en pleine dérive autoritaire, identitaire et mégalomane. Ajoutons, comme si la mesure manquait, ce que l’on appelle déjà nouvelle Intifada palestinienne ou terrorisme au couteau. Malheur partout, espoir nulle part. Bien malin qui peut dire quand et comment la région sortira de cette spirale suicidaire.

C’est dans ce contexte terriblement dégradé qu’a eu lieu la tournée diplomatique de Manuel Valls. Elle a conduit notre Premier ministre à multiplier les signes d’amitié et les opérations de business avec le nouveau dictateur égyptien al-Sissi et avec le régime saoudien. Ne soyons pas naïfs. L’état de notre économie et l’état du monde imposent un certain réalisme. Dans cette région, nul ne saurait garder longtemps les mains propres. Ou alors il faudrait se retirer complètement du jeu. La France ne peut se le permettre. Le Proche-Orient n’est pas seulement l’Orient, il est aussi proche. La crise migratoire nous le rappelle chaque jour.

Des questions se posent pourtant. Faut-il vraiment vendre du nucléaire à ces grands producteurs de pétrole ? Doit-on leur livrer un laboratoire biologique de haute sécurité, selon le projet de l’Institut Pasteur ? Demain, aux mains de qui ces jouets tomberont-ils ? Que pensons-nous de cette petite « bousculade » à La Mecque qui a fait selon le dernier bilan plus de 1 600 morts, amenant un haut dirigeant du pays à déclarer que, décidément, les pèlerins ne sont pas très disciplinés ? Que disons-nous à propos de ce blogueur toujours condamné à la flagellation, Raif Badawi ? Du très jeune chiite Ali al-Nimr, qui doit être pendu et crucifié pour avoir manifesté contre le régime ? De cette femme de ménage indienne à qui son patron a coupé la main alors qu’elle tentait de fuir son esclavage ? De la nomination d’un Saoudien à la tête d’une instance importante des droits de l’homme à l’Onu ?

Les relations entre les États n’échappent pas à une certaine hypocrisie et sont régies par l’empire de la nécessité. Mais la diplomatie de François Hollande manque de cohérence. Notre président a voulu aborder les crises auxquelles il a été confronté sous un angle (affiché comme) moral. Souvenons-nous de l’époque où il voulait « punir » Assad en lâchant sur lui quelques missiles (aujourd’hui destinés à ses adversaires de Daech). Souvenons-nous de son refus, justifiable, de livrer les Mistral à la Russie. Et voilà que ses ministres n’en finissent pas de trinquer avec un des régimes les moins recommandables du monde. Les Mistral refusés à la flotte de Poutine sont expédiés chez le charmant maréchal al-Sissi. Celui-ci n’a même pas les moyens de payer. Ce sont les Saoudiens qui le feront. Cela ne réglera en rien la question principale, toujours irrésolue : comment réduire Daech sans transiger avec Assad et sans aggraver la catastrophe humanitaire qui, chez nous, se transforme en catastrophe migratoire.

Jean-Pierre Denis,

Directeur de la rédaction

CRÉÉ LE 13/10/2015 / MODIFIÉ LE 13/10/2015 À 17H51

Pour en savoir plus : http://www.lavie.fr

L’Observatoire de la laïcité soulève le « besoin criant de formations »

RapportObservatoireLaicité

L’Observatoire de la laïcité a rendu public, mardi 30 juin, son deuxième rapport annuel. A cette occasion, elle relève un dévoiement de la laïcité qui « transformerait ce principe de vivre-ensemble et de coexistence harmonieuse en « laïcité d’exclusion » ».

L’étude, que vous pouvez trouver sur ce site, rend compte du travail effectué en 2014-2015 par l’Observatoire quant au respect du principe de laïcité. Les conclusions révèlent le besoin « criant » de formations à la laïcité, que ce soit dans les services publics ou dans le secteur privé. A l’école tout d’abord, le rapport présente en détail le « plan pour une grande mobilisation de l’école publique pour les valeurs de la République » annoncé à la suite de l’avis du 14 janvier par le ministère de l’Éducation nationale. On y présente le dispositif de formation dédié aux enseignants conduit par deux membres de l’Observatoire de la laïcité.

Priorité à ceux qui sont en contact avec le public

Dans le service public, bien que des initiatives de formations locales intéressantes aient été observées dans les préfectures, l’Observatoire déplore que « cette application fluctuante de la laïcité » se retrouve dans l’ensemble des services publics, ce qui l’a conduit à impulser de nombreuses formations de terrain en 2013. Avec le concours du ministère de la Fonction publique, un plan a été lancé. Mais un autre programme plus ambitieux à destination de tous les relais de la politique de la ville, agents et éducateurs spécialisés, est en cours de réalisation. Car les services des différents ministères sont très peu saisis de questions relatives à la laïcité ou à la gestion du fait religieux si on en croit les auditions des ministres concernés. Surtout, on constate souvent une méconnaissance des règles de droit. Tous les ministres ont fait part d’un grand besoin de formation des agents publics, en privilégiant ceux qui sont en contact avec le public.Du côté du secteur privé, la nécessité d’un enseignement à la « gestion du fait religieux pour les managers »est marquée dans le rapport. De nombreuses actions sont menées en ce sens par différentes entreprises et associations, souvent en collaboration avec l’Observatoire de la laïcité, est-il signalé.

Le danger d’une laïcisation de la société

Les conséquences de la méconnaissance des principes de la laïcité sont encore une fois dénoncées par les responsables des principales religions en France. Les conclusions des auditions révèlent la « crainte d’une laïcisation de la société et de l’individu » et d’un recours contre-productif à d’éventuelles nouvelles lois. La laïcité glisserait « d’une obligation étatique à une obligation individuelle, rejetant toute visibilité du religieux et alimentant la peur des différences ». Les responsables de mouvements d’éducation populaire de terrain craignent, de leur côté, « une laïcité neutralisante qui nierait ou voudrait supprimer toute singularité et toute visibilité religieuse ». Tous les acteurs auditionnés reconnaissent le besoin urgent de la réaffirmation du droit, notamment aux lendemains des attentats de Paris. Pourtant, malgré ces événements tragiques qui ont provoqué de nouvelles crispations très fortes, le rapport ne relève pas d’augmentation des atteintes directes au principe de laïcité comparativement à l’année précédente. Ces incidents, qui touchent pour la majorité les fidèles de l’islam, restent néanmoins encore trop nombreux, notamment à l’adresse des femmes voilées.
Pour en savoir plus : http://www.saphirnews.com/

Le symbolique Kosovo organise sa 4e Conférence interreligieuse

 Kosovo-conf

Atifete Jahjaga, présidente du Kosovo

L’un des thèmes principaux de cette rencontre était la lutte contre les discours haineux, notamment via Internet et les réseaux sociaux devenus des terrains de chasse favorables aux extrémistes. Du 28 au 30 mai dernier, Pristina a accueilli religieux, experts et journalistes pour faire un état des lieux et échanger leurs expériences.

Dans un hôtel donnant sur l’avenue Mère-Teresa, 200 participants venus du monde entier ont  pu entendre Atifete Jahjaga, présidente du Kosovo, ouvrir les débats. Les religieux locaux ont présenté un visage apaisé et uni qui a pu en surprendre plus d’un. Ainsi, l’archimandrite orthodoxe Sava Janjic a noté que « les religions n’avait pas joué de rôle dans le conflit qui avait ensanglanté le Kosovo ». Le président de la Conférence islamique locale, Ejup Ramadani, a appelé « à l’éradication de l’extrémisme, où qu’il soit caché ». Pour les catholiques, très minoritaires mais partie intégrante du peuple albanais, Don Lush Gjergji a souligné que « personne n’a réussi à briser l’unité religieuse du pays, ce qui doit en faire un produit d’exportation ».

Les religions, l’ONG la plus importante du monde

Pour conclure cette  session, l’ancien grand rabbin de Norvège, Michael Melchior, a partagé l’une des ses plus fortes expériences de dialogue interreligieux. En 2014, alors qu’il préparait la fête du Kippour en Israël, il fut informé que des extrémistes voulaient provoquer une émeute entre juifs et musulmans, profitant de la coïncidence de dates avec la fête de l’Aïd al-Adha – un jeûne contre un festin… Immédiatement, il a pris contact avec les imams locaux et, ensemble, ils ont pu éviter un bain de sang. Le rabbin Melchior d’en conclure que « les religions sont l’ONG la plus importante du monde »

Substance et efficacité des tables rondes

Particularité de cette rencontre, l’accent mis sur les solutions à apporter pour lutter contre la haine sur Internet. Ainsi, la directrice des produits de Facebook, Monika Bickert, a détaillé les stratégies du groupe dans ce sens. Des tables rondes expliquant comment devenir des activistes de la paix religieuse ont également suivi, sous l’impulsion du vice-ministre des Affaires étrangères Petrit Selimi. L’évènement est, en effet, l’un des piliers de la « diplomatie numérique » du Kosovo qui veut donner le modèle d’une société musulmane parfaitement laïque au reste du monde. De petits groupes de jeunes activistes du dialogue, comme les Français de l’association Coexister avaient aussi fait le déplacement pour partager leurs expériences de terrain auprès des jeunes avec d’autres acteurs, notamment de nombreux Américains. Parmi les questions posées, la place et la responsabilité des médias et des journalistes dans la connaissance et la présentation des religions ont été mises en avant et, il faut le dire, pas toujours à l’avantage des organes d’information. Un sujet important pour empêcher les extrémistes de trouver des arguments en faveur de leurs causes.

Par Antoine Colonna, envoyé spécial

publié le 01/07/2015

Pour en savoir plus : http://www.lemondedesreligions.fr/

Charleston : «Nous ne sommes pas guéris du racisme», estime Barack Obama

BarackObama

Quelques jours après la fusillade dans laquelle neuf Noirs ont été abattus par un jeune suprématiste blanc en Caroline du Sud, Barack Obama a évoqué sans mâcher ses mots l’ombre de la ségrégation qui pèse toujours sur la société américaine, n’hésitant pas à utiliser le mot tabou, «Nigger» (nègre).

Advertisement«Nous ne sommes pas guéris du racisme»: quelques jours après la fusillade dans laquelle neuf paroissiens noirs et leur pasteur ont été abattus par un jeune suprématiste blanc à Charleston (Caroline du Sud), Barack Obama a choisil’émission de radio «WTF with Marc Maron» , lundi matin, pour évoquer «l’ombre» de la ségrégation qui pèse sur la société américaine. Et le président américain n’a pas mâché ses mots, expliquant que l’absence d’un langage raciste ne signifie pas qu’il n’y a plus de racisme, utilisant à dessein le mot «Nigger» (nègre) pour marquer les esprits : «Ce n’est pas seulement la question de ne pas dire ‘nègre’ en public parce que c’est impoli, ce n’est pas à cela que l’on mesure si le racisme existe toujours ou pas», a expliqué le premier président noir des États-Unis.

«Les sociétés n’effacent pas complètement, du jour au lendemain, ce qui s’est passé deux ou trois cents ans plus tôt», a poursuivi Obama. «L’héritage de l’esclavage, des (lois de ségrégation raciale instaurées en 1876) Jim Crow, de la discrimination dans presque tous les compartiments de nos vies, cela a un impact durable et cela fait toujours partie de notre ADN», a-t-il ajouté, estimant toutefois que les relations raciales «se sont sensiblement améliorées»: «Je dis toujours, aux jeunes en particulier, ne dîtes pas que rien n’a changé sur les races aux Etats-Unis, à moins que vous ayez vécu en tant qu’homm noir dans les années 1950 ou 1960 ou 1970. Il est indéniable que les relations raciales se sont améliorées de manière significative au cours de ma vie et la vôtre.»

Déclaration «audacieuse» pour les uns, «indigne» de son statut de président pour les autres… L’utilisation du terme «Nigger» a très vite fait les gros titres des sites d’informations et des émissions de télévision, la plupart se refusant à écrire le mot tant controversé en toutes lettres, lui préférant l’expression «N-word»… voire le remplaçant par un bip,comme la chaîne conservatrice Fox News.

Par Anne-Laure Frémont

Mis à jour

Publié

Pour en savoir plus : http://www.lefigaro.fr/

Laudato si : François fait parler François

Terre

Le pape commence par la fameuse prière de saint François : « Loué sois-tu, mon Seigneur, pour sœur notre mère la terre, qui nous soutient et nous gouverne, et produit divers fruits avec les fleurs colorées et l’herbe ». Il parle donc de la nature comme d’une sœur et d’une mère, qu’il ne faut ni exploiter ni dominer : « Nous avons grandi en pensant que nous étions ses propriétaires et ses dominateurs, autorisés à l’exploiter ». Et il continue : « C’est pourquoi, parmi les pauvres les plus abandonnés et maltraités, se trouve notre terre opprimée et dévastée ». Ce ton familier, poétique et respectueux où la nature est personnalisée court tout au long de l’encyclique. Il y a là un vrai changement. Non pas que le pape devienne tout à coup un adepte de la deep ecology, disons plutôt que son souci de la nature rompt avec toute forme d’utilitarisme, quelle qu’en soit la teneur, même le bien fondé rationnel. La terre n’est pas une ressource à gérer, elle est une sœur à respecter parce qu’elle est une créature, tout comme nous.

Urgence de la cause à défendre, sentiment qu’il pourra être entendu au-delà de la sphère catholique ou même des chrétiens, le pape s’adresse à tous les hommes de bonne volonté, comme jadis Jean XXIII, au temps de la guerre froide, lorsque les fusées soviétiques et américaines menaçaient le monde. Non seulement mais il puise très largement dans la sagesse des autres Eglises et des autres religions. Il cite abondamment le patriarche de Constantinople Bartholomé ainsi que le protestant Paul Ricoeur ou le mystique soufi Alî al-Khawwâç. Dans la même logique, il invite tous les hommes à un dialogue constructif et transparent sur toutes les questions relatives à ce qu’il appelle « l’écologie intégrale » qui est comme la version chrétienne du développement durable. La sauvegarde de la maison commune est affaire de dialogue et de fraternité. Et le pape François est crédible parce que, en dialoguant avec les autres Eglises et religions, il montre l’exemple.
Enfin François finit par deux prières. L’écologie intégrale, nous dit-il, est une question de spiritualité. Mais de spiritualité ouverte. Et là François nous étonne encore. A ma connaissance c’est en effet la première fois dans l’histoire qu’un pape compose une prière pour les croyants non-chrétiens ! Et ce avant d’en proposer une autre, spéciale, pour les chrétiens.
Bref la tonalité heureuse et franciscaine ne se dément pas d’un bout à l’autre de cette longue lettre aux hommes de bonne volonté ce qui lui donne un souffle particulièrement puissant. Et extrêmement novateur.

Jean-Pierre Rosa, de l’équipe du blog

Pour en savoir plus : http://latribunedessemaines.fr/

Les réfugiés et nous, les Européens

Geopolitique-BernardGuetta

Géopolitique, par Bernard Guetta
L’émission du jeudi 18 juin 2015

Les réfugiés et nous, les Européens

Voyons les chiffres. Le Liban et ses 6 millions d’habitants accueillent aujourd’hui plus d’un million deux cent mille réfugiés, essentiellement syriens. La Jordanie, 8 millions d’habitants, en accueille plus de 600 000. La Turquie, 77 millions d’habitants, en a déjà plus d’un million huit cent mille sur son territoire.

L’Union européenne compte, elle, 500 millions d’habitants et se considère en état de siège et menacée des pires maux car 100 000 réfugiés ont atteint ses côtes, dix-huit fois moins qu’en Turquie.

Alors que dire ?

Force est, d’abord, de constater que des pays de tradition chrétienne semblent avoir totalement oublié ce que sont la charité et la compassion, alors que des pays musulmans, et infiniment moins riches, font preuve de ces vertus. C’est là qu’il y a de quoi s’inquiéter sur notre identité car ces visages d’enfants hagards et de parents désespérés ont beau s’afficher en première page de nos journaux, le pape a beau s’époumoner à rappeler l’Europe – non pas l’Union européenne mais chacun de nous, les Européens – au devoir d’humanité, nous détournons nos regards, bouchons nos oreilles et fermons nos cœurs.

Oui, dira-t-on, mais la compassion ne peut pas commander la politique, exercice de réalisme qui a ses exigences propres, si dures soient-elles. Oui, c’est vrai, mais alors, parlons politique.

La France se rend-elle compte que son capital international, l’atout maître qui fait d’elle une nation singulière aux yeux du monde et lui procure, puisqu’il faut être réaliste, tant d’avantages économiques, est d’être la patrie des droits de l’homme, de la liberté, de l’égalité, de la fraternité ? Si tant des plus éduqués de ces réfugiés fuyant égorgeurs et dictateurs rêvent de la France, c’est parce qu’elle a cette image, cet atout essentiel que nous sommes en train de gaspiller et bientôt perdre en ayant été les premiers à refuser la répartition des réfugiés entre les 28 que la Commission européenne avait tant raison de proposer.

Oui, oui dira-t-on, mais plus de générosité ferait le jeu du Front national en France et, partout ailleurs en Europe, des formations de ce type. Ah, oui ?

Eh bien non, au contraire, car c’est en adoptant l’attitude de ces partis et collant à eux qu’on laisse croire que ces réfugiés constitueraient un danger contre lequel il faudrait se prémunir et qu’on donne ainsi raison aux nouvelles extrêmes-droites.

Et puis enfin, soyons réalistes – soyons ne serait-ce qu’un peu politiques – qui sont ces réfugiés si ce n’est nos alliés ? Que dénonce leur fuite si ce n’est la barbarie de ces jihadistes que nous avons raison de craindre et de combattre ?

Ils sont nos alliés, et nous les rejetons. Nous les rejetons et permettons par-là aux jihadistes de moquer les démocrates arabes et leurs prétendus amis des démocraties européennes. Nous nous tirons, autrement dit, dans le pied parce que nous avons peur de malheureux dont toute l’ambition est d’échapper à la mort. Vous, je ne sais pas mais, moi, tant de stupidité me fait honte.

Pour en savoir plus : http://www.franceinter.fr/

Comment l’Etat présente l’instance de dialogue avec l’islam

InstanceIslam

L’instance de dialogue avec l’islam tient sa réunion inaugurale lundi 15 juin au ministère de l’Intérieur. Loin de remplacer le Conseil français du culte musulman (CFCM) dont les membres statutaires sont intégrés de fait, cette structure, annoncée en février après les attentats de Paris, comptera en son sein quelque 150 personnes. Les participants à la réunion, ouverte par le Premier ministre Manuel Valls puis clôturée par son ministre de l’Intérieur chargé des Cultes Bernard Cazeneuve, ont tous reçu de la Place Beauvau une lettre signée du ministre que Saphirnews dévoile pour la première fois dans son intégralité. Seuls les sous-titres sont de notre fait.

« L’islam est aujourd’hui la deuxième religion de France par le nombre de ses pratiquants.Le Gouvernement souhaite entretenir avec les représentants du culte musulman un dialogue franc et régulier, à la mesure de la place qu’occupent nos compatriotes musulmans au sein de la communauté nationale, afin d’examiner de façon concertée les questions intéressant la pratique de ce culte, dans le respect du principe de laïcité.C’est pourquoi, à la demande du Président de la République, le Gouvernement a souhaité que soit établie une « instance de dialogue » avec les Français de confession musulmane, qui a vocation à se réunir une à deux fois par an.

L’instance ne fera pas disparaître le CFCM

Il ne s’agit pas de créer une organisation nouvelle des Français de confession musulmane, ni de constituer une enceinte de négociation devant déboucher sur des décisions immédiates, mais bien de réunir un Forum d’échanges régulier entre l’Etat et nos concitoyens musulmans, permettant à la fois de donner à ces derniers la possibilités d’exprimer leurs points de vue sur les questions relatives à l’exercice du culte et aux pouvoirs publics d’être éclairés sur leurs attentes et le cas échéant, sur des mesures qu’elles appellent.Les membres du Conseil français du culte musulman, ainsi que les présidents des Conseils régionaux du culte musulman, qui constituent des instances élues, ont naturellement vocation à faire partie de cette instance de dialogue. Participeront également aux travaux les représentants désignés par des fédérations de mosquées, des recteurs de mosquées reconnues pour leur rayonnement et leur investissement quotidien, ainsi que des représentants de la société civile au titre de l’autorité et de l’expertise que leur procurent leurs travaux théologiques, leur œuvre pastorale ou pédagogique, leur engagement associatif en faveur des œuvres de l’islam de France.

Quatre thèmes phares définis

C’est à ce titre que j’ai le plaisir de vous inviter, au nom du Gouvernement, à participer à la première réunion de l’instance de dialogue avec l’islam de France qui se tiendra le 15 juin 2015 (…) au ministère de l’Intérieur.La participation à l’instance de dialogue s’inscrit dans une démarche d’adhésion au principe de la laïcité, qui garantit la liberté de conscience et le libre exercice du culte dans le cadre de la neutralité religieuse de l’Etat, ainsi que de respect des lois et des valeurs de la République telles qu’elles sont notamment exprimées par la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen.A la suite des réunions préparatoires qui se sont tenues dans chaque département et des consultations qui ont eu lieu, quatre thèmes ont été retenus pour faire l’objet d’ateliers thématiques :

– La sécurité des lieux de culte et l’image de l’islam. Cet atelier permettra notamment d’échanger sur les moyens d’améliorer la prévention et la prévention des actes antimusulmans et, en particulier, dans le contexte de l’augmentation du nombre de faits antimusulmans depuis le début de l’année, sur les mesures prises et celles qui sont envisageables pour assurer la sécurité des lieux de culte. La question de la mise en valeur de la culture musulmane, notamment dans les médias, pourra également être abordée.

– La construction et la gestion des lieux de culte. Les consultations organisées dans les départements confirment qu’il s’agit d’un sujet de préoccupation important pour les Français de confession musulmane. La question du cadre juridique dans lequel s’inscrivent le financement des lieux de culte, le fonctionnement des associations gestionnaires et les relations qu’entretiennent celles-ci avec les pouvoirs publics pourrait ainsi être approfondie.

– La formation et le statut des aumôniers et des cadres religieux. Cet atelier permettra en particulier de s’interroger sur les compétences que doivent présenter les aumôniers dans les matières générales et profanes, et sur l’offre de formation qui doit, en conséquence, être proposée dans ces matières. Le statut des ministres du culte au regard du droit social pourra également être abordé.

– Les pratiques rituelles. Il s’agit d’identifier les difficultés que peuvent rencontrer les musulmans, et les solutions concrètes qui peuvent être apportées, pour leur assurer des possibilités effectives de pratiquer au quotidien leur religion dans le cadre des lois françaises, qu’il s’agisse des fêtes religieuses, du pèlerinage ou des pratiques funéraires.

Je vous remercie par avance de la contribution personnelle que vous voudrez bien apporter à cette première réunion. (…). »

Rédigé par La Rédaction | Dimanche 14 Juin 2015

Pour en savoir plus : http://www.saphirnews.com/

Géopolitique des lieux saints

Un public de 800 personnes était rassemblé le 29 avril à Marseille à l’occasion d’une table ronde consacrée au rôle croissant que tiennent les lieux saints dans les conflits en Méditerranée. Elle faisait suite à l’inauguration de l’exposition « Lieux saints partagés » au MuCEM.

Conf-mucem

Jean-Paul Chagnollaud, Régis Debray, Jacques Huntzinger, Leïla Shahid, Elie Barnavi et Dionigi Albera

À quand une grande conférence mondiale sur les religions et leur rôle dans la politique internationale, à l’instar des rendez-vous sur le climat et l’avenir de notre planète ? L’irruption du religieux dans le discours politique, l’omniprésence du sacré, la question de la souveraineté sur les lieux saints, notamment au Moyen-Orient, sont un défi pour la géopolitique. En marge de l’exposition sur les lieux saints partagés présentée au MuCEM (1) de Marseille, avait lieu, le 29 avril dernier, une table ronde sur la géopolitique des lieux saints co-organisée avec la Villa Méditerranée (2). Animée par Jacques Huntzinger, ancien ambassadeur de France, elle réunissait notamment Leïla Shahid, ancienne ambassadrice de la Palestine auprès de l’Union européenne, Elie Barnavi, ancien ambassadeur d’Israël en France, et Régis Debray, philosophe et écrivain.

« Les textes sacrés sont des auberges espagnoles »

Il existe une quarantaine de lieux saints pour les trois religions monothéistes dans le monde méditerranéen. Retenons Hébron et Bethléem pour le judaïsme, Bethléem, Nazareth, Rome ou le mont Athos pour le christianisme, La Mecque, Médine, Bagdad ou Tombouctou pour l’islam. Et, bien sûr, Jérusalem pour les trois religions. La plupart restent des lieux de partage apaisés : la synagogue de la Ghriba à Djerba (Tunisie), la basilique Notre-Dame d’Afrique à Alger… D’autres sont l’objet de divisions, à l’image du caveau des Patriarches à Hébron ou du tombeau de Rachel à Bethléem, tous deux en Palestine.

« Politique et lieux saints, c’est un cercle carré, défie d’emblée le philosophe Régis Debray. La politique, c’est le compromis ; le sacré est non marchandable, non négociable. Il est criminogène. » Un avis que partage Elie Barnavi. « Les religions monothéistes détiennent chacune une vérité, consignée dans un Livre. Tout compromis est impossible, car on n’altère pas la parole de Dieu. » Prenant l’exemple du conflit israélo-palestinien, le diplomate précise : « Pour les Juifs, on ne peut céder une parcelle du territoire d’Israël, parce qu’il appartient à Israël. La preuve, c’est écrit dans la Bible. Pour le Waqf (l’autorité qui gère les lieux saints musulmans), l’ensemble de la terre de Palestine n’appartient à personne, elle appartient à Dieu. Dès lors, personne n’a de droit sur elle. Les textes sacrés ne sont pour moi que des auberges espagnoles. »

« Il n’y a plus de partage à Jérusalem »

Alors qu’il est finalement peu question de Jérusalem dans l’exposition du MuCEM – qui propose une vision plus anthropologique que politique -, la Ville Sainte et le conflit israélo-palestinien occuperont de fait la majeure partie du débat. Une situation tragiquement symbolique et qui, depuis 48 ans, souffre de l’absence de réactions franches de la communauté internationale, déplore Leïla Shahid. L’ex-déléguée de l’Autorité palestinienne en France dénonce une instrumentalisation de la dimension religieuse. « Il ne s’agit pas d’un conflit sur les lieux saints ou sur la religion, explique Leïla Shahid. Nous sommes face à un conflit militaire, hérité d’un passé colonial. Aujourd’hui, il n’y a plus de lieux saints partagés à Jérusalem. Comment parler de partage sous occupation militaire ? La loi militaire, celle de l’occupant, prime sur tout le reste. »Officiellement, la gestion des lieux saints à Jérusalem est assurée par les autorités religieuses. Mais de fait, c’est l’armée israélienne qui intervient en cas d’incidents.

« Jérusalem est la rencontre dramatique d’une très vieille aspiration religieuse et de la notion contemporaine de souveraineté nationale », ajoute Elie Barnavi – qui corrige« occupation » par « annexion ». L’ancien ambassadeur d’Israël en France ne croit pas au« kidnapping » de la religion à des fins politiques. « Dans la plupart des cas, les fanatiques sont sincères et cette sincérité les rend dangereux. Ils se justifient par les textes sacrés. » « La montée des extrémismes religieux est la sanction de l’échec de la diplomatie dans la région, note Régis Debray. Quand les politiques ne font pas leur boulot, on se retourne vers les imams, les rabbins, les prêtres… »

Un rôle pour la France

Alors, une solution politique du partage des lieux saints est-elle envisageable ? Régis Debray imagine malicieusement l’installation du siège de l’Organisation des Nations Unies à Jérusalem. La construction de logements apporterait une solution au chômage en Palestine et la sécurité de la Ville Sainte serait logiquement assurée…

Plus réaliste, peut-être, le philosophe appelle de ses vœux un statut international des lieux saints, que pourrait présenter la France, nation des Lumières, fille aînée de l’Église. Mais de l’avis de tous les participants, seul le droit peut rassembler les opposés, la restauration d’un même droit pour tous, permettant à chacun de vivre sa foi en toute sécurité et dans le respect de l’autre.« L’exposition du MuCEM m’a réconciliée avec les fidèles, ceux qui pratiquent, confie Leïla Shahid. Elle montre que la religiosité est plus importante que la religion. Jérusalem n’est pas vouée à devenir la prochaine bombe. Mais l’enjeu n’est évidemment pas uniquement israélo-palestinien, il concerne toute la Méditerranée. Ce qui nous lie, ce sont les règles du vivre-ensemble. C’est la vocation du MuCEM et de la Villa Méditerranée. La seule solution est une séparation des Églises et de l’État. » « Il faut stériliser les religions, renchérit Elie Barnavi. C’est ce qu’on appelle la laïcité. »

Laurent Menu – publié le 20/05/2015

Pour en savoir plus : http://www.lemondedesreligions.fr/

(1) Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée

(2) http://www.villa-mediterranee.org/

Dans le Golfe, une diplomatie française sans états d’âme

François Hollande a été à Ryad, mardi 5 mai, en tant qu’invité exceptionnel du sommet du Conseil de coopération du Golfe (CCG).

Hollande-ASaoudite

CHRISTOPHE ENA/AFP

François Hollande accueilli par l’émir du Qatar, le cheikh Tamim Ben Hamad Al Thani, à Doha, lundi 5 mai.

Lundi 4mai, le président français a assisté au Qatar à la signature d’un important contrat de vente de 24 avions de combat Rafale.

La coopération franco saoudienne ne s’est jamais aussi bien portée alors que Riyad se renforce militairement face à l’émergence de l’Iran chiite.

Les relations stratégiques entre la France et les pétromonarchies du Golfe ont toujours été bonnes, elles sont désormais excellentes. Comme en témoignent l’invitation saoudienne faite à François Hollande pour assister à la réunion du Conseil de coopération du Golfe (CCG), à Riyad et les contrats militaires successifs signés avec les monarchies du Golfe.

C’est un « tropisme français pour les pétromonarchies du Golfe qui dure depuis une dizaine d’années, explique David Rigoulet-Roze, chercheur rattaché à l’Institut français d’analyses stratégiques (IFAS) et rédacteur en chef de la revue Orients stratégiques. Ce partenariat stratégique s’accompagne d’une diplomatie économique prônée par le ministre des affaires étrangères, Laurent Fabius, qui se traduit par la signature de contrats militaires », poursuit le chercheur.

« Une nouvelle conception de la diplomatie pour la France qui essaie de s’affirmer sur le marché mondiale dans un contexte de mondialisation », analyse Beligh Nabli, directeur de recherches à l’IRIS.

Le Royaume saoudien premier importateur de matériel militaire dans le monde en 2014

Quelques chiffres suffisent à résumer cette nouvelle lune de miel : 24 avions Rafale vendus au Qatar, 24 Rafale vendus à l’Égypte mais payés par les Émirats du Golfe et l’Arabie saoudite. Et en 2014, la signature du très gros contrat franco saoudien de 3 milliards de dollars pour la livraison de matériels destinés à renforcer l’armée libanaise.

Le Royaume saoudien est le poids lourd de la région : premier importateur de matériel militaire dans le monde en 2014 avec 6,4 milliards de dollars (5,8 milliards d’euros) en hausse de 54 % et premier client de la France pour la défense et le nucléaire civil. Enfin, c’est le premier partenaire commercial français dans le Golfe et le second (derrière la Turquie) au Moyen-Orient.

Mardi 5 mai, François Hollande est l’invité exceptionnel à Riyad du sommet du Conseil de coopération du Golfe (CCG) qui réunit l’Arabie saoudite, le Bahreïn, les Émirats arabes unis, Oman, le Koweït et le Qatar.

La guerre au Yémen au cœur des discussions

À l’ordre du jour de cette réunion, la guerre au Yémen voisin où cinq des six monarchies du Golfe membres de cette instance font partie de la coalition arabe, dirigée par Riyad, pour empêcher une rébellion chiite, soutenue par l’Iran, de prendre le contrôle de l’ensemble du pays.

Une déclaration commune franco saoudienne portant sur une « feuille de route » politique, économique, stratégique et militaire devrait être signée à l’occasion de cette visite, a indiqué la présidence française.

Paris et Riyad sont sur la même position sur l’Iran comme sur la Syrie ou le Yémen et le roi Salman d’Arabie saoudite sait qu’il peut compter sur François Hollande. Car Riyad craint de se voir encercler par le croissant chiite.

Paris méfiant envers le régime iranien

Paris, lui, est méfiant envers le régime iranien, et réclame toujours plus d’exigences de son partenaire américain avant de signer un accord sur le nucléaire qui permettra à terme de lever les sanctions et de redonner du poids à Téhéran dans la région.

Paris a toujours nourri une grande méfiance vis-à-vis de l’Iran. Durant les huit ans de la guerre Iran-Irak, la France a soutenu sans failles Saddam Hussein, à qui elle a vendu des armes. La décennie 80 a également été marquée par les attentats du Drakkar (1983) à Beyrouth, qui a causé la mort de 58 soldats français, la prise en otages de Français au Liban (1985-1988) et des attentats meurtriers à Paris.

Dans les trois cas, l’Iran était impliquée par le biais du Hezbollah, mouvement chiite libanais qu’il a créé en 1982.

« François Hollande fait preuve d’opportunisme géopolitique »

Autre convergence entre Paris et Riyad, l’éviction du dictateur syrien Bachar al Assad. Riyad et les pays du Golfe ont financé activement l’opposition politique et militaire, alimentant de fait les djihadistes qui aujourd’hui menacent les capitales européennes.

Riyad n’a pas accepté la volte-face d’Obama en septembre 2013 alors que Paris demandait une intervention militaire pour faire cesser l’utilisation d’armes chimiques par Damas, et à l’inverse a apprécié la position très va-t’en guerre de François Hollande. Paris continue de soutenir de son côté, une opposition politique syrienne largement sous influence saoudienne.

Au niveau régional, Paris peut profiter de la crise de confiance qui altère les relations américano-saoudiennes. « François Hollande fait preuve d’opportunisme géopolitique, analyse David Rigoulet-Roze, pour valoriser l’image de la France et sa réputation de fiabilité. » L’Arabie saoudite a bien compris que son vieil allié américain s’intéresse désormais davantage à l’Asie qu’au Moyen-Orient d’autant qu’elle peut se passer du pétrole saoudien.

Le paradoxe français

Alors l’alliance entre Paris et Riyad paraît d’autant plus logique que la France a toujours mené une politique bienveillante vis-à-vis des monarchies du Golfe. Jacques Chirac était toujours bien accueilli à Riyad où se négociaient d’importants contrats militaires, Nicolas Sarkozy avait jeté son dévolu sur le petit émirat du Qatar et son carnet de chèque bien approvisionné pour s’en faire un allié dans sa politique étrangère.

Toutefois, Beligh Nabli, ne manque pas de noter « la contradiction française d’un pays qui d’un côté lutte contre le terrorisme et de l’autre noue des liens avec des pays, comme l’Arabie saoudite ou les émirats du Golfe, qui diffusent une idéologie wahhabite qui alimente ce terrorisme ».

—————————————–

Le Conseil de coopération du Golfe

Le Conseil de coopération du Golfe arabique (CCG) a été créé en 1981. Cette organisation régionale regroupe six monarchies du Golfe persique : l’Arabie saoudite, le Koweït, Bahreïn, les Émirats arabes unis, le Qatar et Oman. L’idée émise début 2011 d’intégrer les royaumes du Maroc et de Jordanie n’a finalement pas été suivie d’effet.

Le CCG, qui réuni des pétromonarchies sunnites a avant tout pour but politique d’assurer leur sécurité face à l’Iran chiite ou aux guerres civiles voisines (Irak, Syrie). Il vise aussi une unification du système économique et financier des États membres.

Sous la houlette de l’Arabie saoudite, une coalition de neuf pays arabes regroupant l’ensemble des membres du CCG à l’exception d’Oman mène depuis cinq semaines des raids aériens pour empêcher une rébellion chiite, soutenue par l’Iran, de prendre le contrôle de l’ensemble du Yémen, pays pauvre de la péninsule arabique et frontalier de l’Arabie saoudite. Cette opération semble marquer le pas.

Agnès Rotivel

4/5/15 – 18 H 32

 

Pour en savoir plus : http://www.la-croix.com

 

Une « laïcité française »? Non, un jeu des sept familles, selon un Jean Baubérot

 Baubérot

Le chercheur Jean Baubérot, fondateur de la sociologie de la laïcité, le 13 février 2012 à Paris (c) Afp
 

La laïcité a suscité et connu bien des crispations depuis les attentats parisiens: dernière en date, l’affaire de l’affiche annonçant un concert des Prêtres au profit des chrétiens d’Orient, mention religieuse refusée par la RATP dans un premier temps.

C’est le signe d’une certaine confusion que Jean Baubérot, grand défenseur de l’esprit de la loi de 1905 portant séparation des Eglises et de l’Etat, décrit dans un livre qui vient de paraître, « Les 7 laïcités » (éditions de la Maison des sciences de l’homme). « Certaines personnes ne connaissent pas beaucoup la juridiction laïque et fantasment sur la laïcité, qu’ils utilisent selon leur fantaisie », estime ce sociologue dans un entretien à l’AFP.

« De Michel Onfray à l’Institut de droit local alsacien-mosellan, des gens invoquent la laïcité en y mettant des choses très différentes », note-t-il. Leurs laïcités peuvent être…

Antireligieuse

Elle est présente à gauche, mais les personnalités qui s’en réclament sont « très minoritaires », selon l’auteur. Le philosophe Michel Onfray l’incarne en « franc-tireur » pour qui « l’engagement athée et la laïcité sont un tout ». « C’est également la ligne que défend, en gros, Charlie Hebdo. »

Gallicane

Jean Baubérot intitule ce modèle de laïcité ainsi car il la place dans la continuité du « gallicanisme politique », « constante lourde de l’histoire française ». En l’occurrence il s’agit, pour les acteurs publics, de « contrôler les religions », selon le sociologue. C’est la position, estime-t-il, du Parti radical de gauche (PRG) quand il porte une proposition de loi très contestée sur la neutralité religieuse dans les crèches privées, qui sera débattue mi-mai à l’Assemblée.

Séparatiste(s)

Le pluriel s’impose, car il y a là deux modèles qui ont en commun de « considérer que la séparation est le fer de lance de la laïcité ». L’un est « séparatiste strict »: c’est la tendance de la fédération de la Libre pensée, opposée au financement public du traitement des enseignants du privé sous contrat mais qui pousse le séparatisme jusqu’à dénier à l’Etat la légitimité de légiférer sur le port du voile dans les crèches privés ou les universités. Moins militante, la Ligue de l’enseignement représente une tendance « plus inclusive et plus souple » de cette laïcité séparatiste, relève le sociologue.

Ouverte

C’est la conception de la majorité des responsables des cultes en France, chrétiens, musulmans ou juifs. « Cette vision a tendance à réduire la laïcité à la liberté religieuse. J’y vois un peu une confusion inverse par rapport aux tenants de la laïcité antireligieuse », confie Jean Baubérot.

Identitaire

Cette laïcité tend à être dominante politiquement, constate l’auteur, qui note un « décalage avec la majorité de l’opinion publique, plus libérale sur ce sujet ». Elle est portée notamment à droite, et s’accommode d’un discours sur les « racines chrétiennes » ou « judéo-chrétiennes » de la France, au risque de stigmatiser l’islam. Le président de l’UMP Nicolas Sarkozy s’y inscrit quand il se dit défavorable aux menus de substitution à la cantine ou au voile à la fac, fait valoir l’expert.

Concordataire

C’est le régime en vigueur en Alsace et Moselle, où ne s’applique pas la loi de 1905, votée lorsque ce territoire était allemand. Ici, les ministres des cultes chrétiens et juifs sont payés par les pouvoirs publics, comme les prêtres catholiques en Guyane.

« Cela montre bien que la France, sans le dire, fait du cas par cas », glisse Jean Baubérot, estimant que « l’image d’une laïcité française parfois vue à l’étranger comme une arme de guerre contre les religions ne correspond pas à la réalité ».

Publié 14-04-2015 à 16h52
Mis à jour le 15-04-2015 à 11h48
Pour en savoir plus : http://tempsreel.nouvelobs.com